GALDIV 8Jean-Claude LACOUR nous livre ici, dans un style spartiate mais efficace, des souvenirs de la naissance et de l''extension du GALDIV 8 de COMPIÈGNE. Voici qui devrait rappeler "le bon vieux temps" aux plus anciens... et surprendre quelque peu les plus jeunes !

Voir également la galerie de photos associée.

 

 

Naissance du GALDIV 8  Compiègne

 Mes annotations personnelles sur mon affectation à l’escadrille avions du GALDIV 8…

Et quelques photos (voir lien ci-dessus).

 

Affecté au Galdiv 8 le 1er avril 1963 à l’issue du stage de pilote avion à Dax, brevet N° 1340.

Pilote Avion et armurier petits calibres « en fonction annexe » à l’issue d’un stage de formation à Folembray, Aisne.

 

Le GALDIV 8 de 1963 à 1967

 

Infrastructure Royalieu Compiègne :

 - PC commandement  

 - Opérations, BIA

 - Service général

 - Armurerie

 - Matériel, habillement, etc.

 - Escadrille hélicoptères : Alouette II Artouste et Astazou SS11

 - Service auto : Citroën 2CV, Peugeot 403, GMC, Unimog, Berliet, bus Renault, Simca cargo, Renault 4x2,  Renault 4x2 avec aménagement de la caisse en contrôle aérien, peinture damiers jaunes.

 - Transmissions : liaisons HF et VHF

 - Logements pour les  hommes du contingent et engagés

 

Les éléments ci-dessous ne concernent que l’escadrille Avions

 

Position géographique

 - Aérodrome de Margny les Compiègne.

 (1963) 1 toile de tente pour service de garde des aéronefs, service assuré par s/off et appelés.

- Amarrés et bâchés, les aéronefs stationnaient parallèles à la route Compiègne – Montdidier, puis sur un parking en PSP, toujours en extérieur, sur la zone prévue pour la construction des futurs hangars.

- Construction d’un bâtiment perpendiculaire à la route Compiègne - Montdidier, type Sarrade Galtier Fillod, pour attribution au service de garde et aux opérations.

- Aménagement d’un parking véhicules en PSP. 

- Contrôle aérien : par mise en place d’un fourgon tour de contrôle, dit « Lustucru » !

- 1er contrôleur aérien : Denepoux

- Réalisation de 2 hangars demi-tonneaux, principalement pour la mécanique.

- Aménagement parking en PSP devant les hangars. 

- (1965) Construction de 3 grands hangars provenant d’Algérie.

- Extension parking.

- Affectation d’un moniteur Avion : Cazeau

 

Logistique

- Liaisons déplacements : Royalieu - Margny par la route, moyens persos ou navette véhicule militaire… et par hélicoptère en cas d''urgence !

- Les repas de midi étaient pris au mess de garnison, situé en centre ville de Compiègne. Le responsable du mess était un pilote avion : Hermand.

- Les repas du soir pour les célibataires étaient pris en général dans une cantine civile.

- L’entrée sur le site ALAT nécessitait un passage par le poste de police du régiment de Transmissions, à l’opposé de l’entrée principale "Gestion armée de l’Air", avenue de Paris.

- Logements pour les célibataires pour la période 1963 / 1964 : dans de grandes chambrées (ancien bâtiment camp de transfert des déportés pour l’Allemagne de 1940).

- Logements 1964 / 1966 : chambres individuelles ou à deux dans un bâtiment en tôle type fillod.

- 1966 : Création de l''hôtel de garnison à proximité du site ALAT.

 

Les aéronefs

- 8 Nord 3400 de couleur peinture alu, hélice bipale, puis kaki.

Les appareils reçoivent une hélice tripale.

- L18 version standard couleur kaki et modification génératrice pour équipement radio.

- L19 couleur kaki.

 

Les missions

- Principalement accès sur les camps de manœuvre au profit des régiments de la 8e Division : Sissonne, Suippes, Châlons, Mailly… 

- Participation aux manœuvres nationales (ex : Grenoble).

- Défilés aériens.

- Remorquage cible au profit du 58e GAL de Douai.

- Liaisons VIP.

- Mise en place des Piper L18 à Vichy (A. I. A) pour modifications et équipement génératrice.

- Démonstrations en vol, avec paniers de roquettes, bidons d''épandage, etc.

- Manœuvres et desserrements : hippodrome de La Capelle, aérodromes de Sedan, Verdun…

- Liaison pour maintenance 3e échelon, en (1) aérodrome de Buc près de Satory et par la suite en (2)  Essey les Nancy.

- Entraînements terrains de campagne ou sur terrains privés, ou encore sur l’aérodrome désaffecté de Montdidier.

- Test annuel avec instructeurs COMALAT.

- Les pilotes avion effectuaient à tour de rôle des déplacements par la route en qualité de chefs de bord des véhicules sur Paris (fort de Romainville) pour amener et récupérer les parachutes en entretien ou sur La Courneuve pour ravitaillement carburant.

Rappel : les parachutes dorsaux étaient obligatoires sur Nord 3400 et Cessna L19 et en fait servaient de dossiers (!)

 

Principales difficultés pour les pilotes en déplacement

 - Le BIA étant à Royalieu, les dépôts de plan de vol étaient aléatoires ; pas mal de problèmes ont été très difficiles à résoudre.

- Également, problèmes liés à la génération des postes radio nécessitant des quartz avec fréquences VHF pas toujours disponibles… Donc passages incognito dans certaines zones et aérodromes, vol en TBA ! 

- L’aérodrome de secours était la base militaire de Creil, équipée GCA.

 

Quelques Noms

- Off : Cdt Capieux, Buisson, Lartillot, Nahon, Clément, Proizy.

- Moniteur : Cazeau, remplacé par Perard.

- Pilotes : Hermand, Lacour, Lucas (décédé dans un accident de voiture), Dehon, Brilland,  Millois, Michaud, Lallemand, Nadeau, Bricout, Morass, Fiscarald, Gaudebert, Marmonnier (décédé dans le crash d''un Nord 3400 à Berry-au-Bac).

- Service Incendie : Bregère.

- Contrôleur : Denepoux.

- Mécaniciens: Quéric, Supper, Estellon, Millet, Biais, Quintanne.

Et mes excuses si j’oublie quelques éléments et surtout grades !

 

Petite anecdote : le Galdiv avait sa mascotte, il s’agissait d’un petit chien élevé au rang de brigadier et appelé « POMPOM  ».

 

J’ai été désigné volontaire pour le stage pilote hélicoptère en 1966.

J’ai quitté le Galdiv 8 le 04 septembre 1967.

Je dispose de l’état signalétique et des services et des carnets de vol de cette époque.

 

Jean-Claude LACOUR